L'Echo parle d'UDIL.GE

Vous êtes ici

L'Echo, dans un article paru le 19 juillet, a fait état du bilan des actions menées par UDIL.GE en faveur des anciens travailleurs du chaud licenciés par ArceloMittal ainsi que des pespectives futures (extraits):

Après ArcelorMittal, Udil va réinsérer d'autres travailleurs licenciés en Wallonie

Le gouvernement wallon a approuvé la modification des statuts de l’asbl Udil élargissant son envergure à tous les travailleurs victimes de licenciements collectifs en Wallonie. Sur les 275 ex-travailleurs d’ArcelorMittal qu’elle a pris sous son aile, 71,48% ont été remis à l’emploi, dont près de 70% ont un contrat à durée indéterminé.(...)

Créée en mars 2014, l’asbl Udil.ge, le groupement d’employeurs dont la mission est d’assurer la formation et la mise à l’emploi des anciens travailleurs d’ArcelorMittal, va pouvoir s’inscrire dans la durée. (...)

Dans le nouveau modèle, Udil reste un groupement d’employeurs dont la mission est la réinsertion de travailleurs victimes de licenciement collectif.

Les bénéficiaires sont les demandeurs d’emploi des cellules de reconversion des secteurs industriels. La réinsertion s’appuie sur la formation des bénéficiaires (après un bilan de compétences) et un contrat à durée déterminée/CDD (3 mois). (....)

Par ailleurs, "on axera les formations sur des métiers en pénurie de façon à répondre aux besoins des entreprises (électromécanicien, électricien, fraiseur, chauffeur de poids lourd, maintenance industrielle, mécanicien, etc.)", renchérit Marie-Kristine Vanbockestal, patronne du Forem et présidente du CA de l’asbl.

" Grâce à Udil, nous avons fait d’un drame social une expérience positive." dixit Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Economie. 

Udil concilie un modèle social (actualisation des compétences, formations, meilleure intégration professionnelle grâce au jobcoaching) et le modèle économique (mise à disposition du travailleur mieux formé permettant d’améliorer les performances de l’entreprise utilisatrice tout en générant des recettes pour Udil). Actuellement, 51 entreprises sont membres d’Udil. (...)

La future majorité wallonne gardera-t-elle le dispositif? "D’un drame social (fermeture des outils du chaud d’ArcelorMittal), nous avons initié une expérience positive. Nous avons démontré la pertinence de l’efficacité du modèle Udil. Il complète le travail du Forem et n’est pas en concurrence frontale avec les agences d’intérim", rétorque Jean-Claude Marcourt (PS), ministre wallon sortant de l’Economie.

Article complet ici



< retour